Hebdomadaire Nigérien d'Analyses et d'Informations Générales

Gestion de la situation sécuritaire : Les efforts du Niger salués

Depuis 2012 avec l’effondrement de l’Etat malien qui ne contrôle plus une grande partie de son territoire, et le débordement des attaques des éléments de la secte boko haram dans le Nord Est du Nigeria, l’insécurité s’est propagée dans le Sahel central.
Presque dix (10) ans aujourd’hui, les pays comme le Nigeria, le Mali, le Niger et le Burkina se battent de jour comme de nuit pour mettre hors d’Etat de nuire de cohortes de terroristes et autres bandits de tout acabit.
La situation sécuritaire a atteint aujourd’hui des proportions très élevées car engloutissant des sommes astronomiques dans les différents budgets nationaux.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Édito

Putschs en Afrique : Le printemps des antidémocrates

La situation sécuritaire justifiant le réceptacle du retour des militaires au pouvoir, est une manœuvre de sape contre la démocratie (certes pleine d’imperfection), mais offrant des garanties pour les citoyens dans une république. La gouvernance démocratique est une quête de perfection comme d’ailleurs toute organisation sociopolitique qui s’affirme à travers des expériences, des actions systémiques. Les premiers défis des démocraties étaient les régimes qu’elles ont remplacés, secondés par les revendications des travailleurs et des scolaires dans les pays ouest africains par exemples. La résistance on ne peut plus insidieuse, est celle des antidémocrates, des acteurs politiques qui se sont vus obligés de troquer à leur corps défendant leur robe des militants et sympathisants des régimes d’exceptions contre celle des démocrates.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Partenariat Europe-Afrique : Emmanuel Macron opte pour une nouvelle alliance

Le président français Emmanuel Macron a réaffirmé, mercredi devant le parlement européen à Strasbourg, sa volonté de "refonder le partenariat avec l’Afrique" et "retrouver la maitrise" des frontières européennes. Pour montrer sa détermination, le président français annonce un sommet, dès février prochain pour « refonder (le) partenariat avec le continent africain ». L’Europe a « le devoir de proposer une nouvelle alliance au continent africain » dans la mesure où « les destins des deux rives de la Méditerranée sont liés » a estimé le président français.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Processus électoral : Un an après, la boucle n’est pas bouclée

Le 27 décembre 2020, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a organisé les Elections présidentielles 1er tour couplées aux législatives. Deux semaines avant soit le 13 décembre, la même structure chargée de conduire le processus électoral à son terme, a organisé les élections locales et régionales. A l’issue de ce processus, les candidats à ces différentes consultations électorales ont été fixés sur leur sort avec la qualification de deux (2) sur la trentaine des candidats pour le second tour de la présidentielle. C’est ainsi que le candidat de la Coalition Bazoum 2021, M. Mohamed Bazoum et celui de la CAP 20-21 M. Mahamane Ousmane étaient sortis du lot pour un dernier combat qui a vu la victoire du premier sur le second, un soir du 21 février 2021.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Déclaration de l’opposition : Mahamane Ousmane sur les traces de Hama Amadou

L’ancien président de la République et candidat très malheureux de la dernière présidentielle du 21 février 2021, Mahamane Ousmane est en train de surprendre plus d’un observateur de la situation sociopolitique.
Tout comme son principal soutien aux dernières élections présidentielles, Mahamane Ousmane est en train de donner un faux espoir à ses militants et sympathisants comme l’avait fait l’autorité morale avant les dernières joutes électorales.
Au moment où les citoyens conscients et raisonnables y compris au niveau du MODEN FA LUMANA affirmaient que l’autorité morale ne pourra pas se présenter pour une quelconque élection au Niger, Hama Amadou avait créé et semé un faux espoir dans les esprits des militants de son ancienne formation politique.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Promotion de la bonne gouvernance : Le président de la République exhorte les acteurs judiciaires à jouer leur partition

Pour le chef de l’Etat, la bonne gouvernance c’est avant tout, une justice égale pour tous, rendue dans la célérité, l’efficacité, la transparence et l’équité. « C’est conscient de cette réalité que j’ai inscrit au cœur de mon engagement politique, la lutte contre l’impunité et la corruption comme moyens de renforcement de la bonne gouvernance et de l’Etat de droit au Niger ».
Au président de la République d’ajouter que « dans notre démarche, les Barreaux jouent un rôle important dans l’édification de l’Etat de droit à travers le renforcement de l’appareil judiciaire dans toutes ses composantes.
Le président de la République a saisi l’occasion pour exhorter les acteurs et les animateurs de l’appareil judiciaire (juges, avocats, huissiers etc.) au Niger et en Afrique, au respect scrupuleux et procédures et à résister aux tentations et autres dérives qui déshonorent leurs différentes professions.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Lutte contre la corruption et la mal gouvernance « Le dispositif institutionnel est là, c’est de faire en sorte qu’au niveau de la répression, lorsque les rapports de la HALCIA (….) et de tous les corps d’inspections révèlent des manquements qu’on laisse

 

Ce dernier temps, la lutte contre la corruption et ses corollaires alimentent l’actualité socio-politique du pays avec notamment la rencontre qui a regroupé autour du Président de la République Mohamed Bazoum, plusieurs acteurs concernés dont la Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA). A ce sujet, votre hebdomadaire s’est entretenu avec le constitutionaliste et Enseignant chercheur à l’Université Abdou Moumouni de Niamey Amadou Hassane Boubacar. Dans cet entretien, il décrypte les dispositifs institutionnels actuels, la volonté du Président de la République de lutter contre la corruption, l’indépendance de la justice, l’atteinte des citoyens dans ce combat et les comportements que doivent avoir les hommes politiques. Pour lui, puisque « la mal gouvernance est la source du sous-développement, de l’instabilité politique, il faut aussi que les partis politiques arrivent à se convaincre que seule la lutte contre la mal gouvernance est source de stabilité et de développement. Et qu’ils soient convaincus que chaque militant poursuivi pour quelque travers que ce soit, puisse répondre sans obstruction aucune devant la justice comme tout citoyen ».

L’indépendant plus : Quelle appréciation faites-vous du dispositif judiciaire actuel ?

Dr Amadou Hassane Boubacar : Effectivement comme vous l’avez rappelé, le président de la République Mohamed Bazoum a accordé au-delà de la lutte contre la corruption, une place de choix à la bonne gouvernance, l’un des maillons faibles au Niger. Aujourd’hui, par rapport à la question de la corruption, il y a un édifice institutionnel qui est là, au-delà du dispositif traditionnel, notamment le système judiciaire, qui réprime la corruption en tant qu’infraction pénale. Mais également, il y a une autorité administrative qui est placée au niveau de la Présidence de la République, la Haute Autorité de Lutte Contre la Corruption et les Infractions Assimilées-(HALCIA). Cette autorité mène des investigations dans toutes les structures et services où il y’a des pratiques ou des faits de corruption supposés ou réels qui sont portés à sa connaissance. En tant qu’institution rattachée à la présidence de la République, elle investigue et dresse un rapport au Président de la République.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Politique : Renouvellement du bureau exécutif du PNDS de la section fédérale USA

La section du Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS) des Etats-Unis a finalement renouvelé son bureau exécutif, le Samedi 11 septembre 2021 à Harrisburg, capitale de la Pennsylvanie. Ces assises sont intervenues, après plusieurs reports pour cause de la pandémie du COVID-19. L’on compte à cette assemblée, les sous-sections du PNDS-Tarraya des différents Etats (Indiana, Caroline du Nord, New-York, Pennsylvanie, Maryland DC Virginia etc.), ainsi que les représentants de plusieurs partis politiques dont le MNSD-Nassara et le MPR JAMHURIYA .

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Articles similaires

RCCM/NI/A/971 NIF:19086/S

  •  

    +227 90 69 50 56

  •  

    +227 96 29 07 20

  •  

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  •  

    Derrère Grand Marché, Niamey - Niger

Newsletter

Recevez les meilleurs articles dans votre courrier électronique et ne manquez jamais l'actualité importante d'ici et d'ailleurs.