Hebdomadaire Nigérien d'Analyses et d'Informations Générales

La Banque africaine de développement exclut quatre entreprises pour pratiques frauduleuses et collusoires pour une période de 24 mois

le Groupe de la Banque africaine de développement annonce l’exclusion de Sangtech International Services Limited, Sangar & Associates (Nigeria) Limited, Mashad Integrated and Investment Co. Limited and Medniza Global Merchants Limited pour pratiques frauduleuses et collusoires pour une période de 24 mois. Les quatre entreprises sanctionnées sont enregistrées en république du Nigeria.
Une enquête menée par le Bureau de l'intégrité et de la lutte contre la corruption de la Banque a établi que les quatre entreprises sanctionnées se sont livrées à des pratiques frauduleuses et collusoires lors de leurs soumissions à des appels d’offres pour la fourniture de compteurs d'eau, de compteurs automatiques et de matériel de raccordement domestique dans le cadre du projet d'extension de l'approvisionnement en eau potable et d'assainissement dans la ville de Zaria au Nigeria.
Pendant cette période d’exclusion, ces entreprises ne seront pas éligibles à l’adjudication de marchés financés par la Banque africaine de développement. En outre, l'exclusion de 24 mois de Sangtech International Services Limited, Sangar & Associates (Nigeria) Limited, Mashad Integrated and Investment Co. Limited et Medniza Global Merchants Limited pourrait faire l’objet d’une exclusion croisée par d’autres banques multilatérales de développement en vertu de l'Accord de reconnaissance mutuelle des décisions d’exclusion, notamment la Banque asiatique de développement, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, la Banque interaméricaine de développement et le Groupe de la Banque mondiale.
Le projet d'extension de l'approvisionnement en eau potable et d'assainissement dans la ville de Zaria au Nigeria est financé par le Fonds africain de développement, le guichet concessionnel du Groupe de la Banque africaine de développement.

Source BAD

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Allocution de Son Excellence Monsieur ISSOUFOU MAHAMADOU, Président de la République du Niger, Champion de la Zone de Libre Échange Continentale Africaine (ZLECAf) à l’occasion de la remise du Siège

Excellence Monsieur Nana Akufo Addo, Président de la République du Ghana,

Monsieur Moussa Faki Mahamat, Président de la Commission de l’Union Africaine,

Monsieur le Secrétaire Executif de la ZLECAf,

Mesdames et Messieurs,

Le processus de mise en œuvre de l’Accord instituant la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECAf) va franchir aujourd’hui une nouvelle étape, celle de l’installation définitive du Secrétariat Exécutif de cette institution dans ses propres locaux.

En ma qualité de champion de la ZLECAf, permettez-moi de me réjouir de cet important évènement qui constitue un signe de plus que ce projet emblématique de l’Union Africaine avance et poursuit inexorablement son chemin malgré les vicissitudes liées notamment à la pandémie COVID19 qui affecte l’ensemble de la planète. Le 12ème Sommet Extraordinaire de l’Union Afrique tenu à Niamey, le 7 juillet 2019, a procédé au lancement officiel de la ZLECAf et a pris la décision qu’Accra, Capitale du Ghana, patrie du docteur Kwame Nkrumah, l’un des pères fondateurs de l’Union Africaine, accueillera le Siège du Secrétariat de la ZLECAf. « L’Afrique doit s’unir ou périr » avait dit cet éminent panafricaniste. En créant la ZLECAf nous avons fait le choix de nous unir. En acceptant d’accueillir le siège de la ZLECAf, le Ghana reste fidèle aux convictions de ce digne fils de l’Afrique.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

L'Afrique pourrait voir son revenu augmenter de 450 milliards de dollars grâce à l'accord de libre-échange continental

Selon un nouveau rapport de la Banque mondiale, la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) représente une véritable occasion de stimuler la croissance, de réduire la pauvreté et d'élargir l'inclusion économique dans cette région. En effet, s'il est pleinement mis en œuvre, cet accord commercial pourrait accroître le revenu régional de 7 % — soit 450 milliards de dollars —, accélérer l'augmentation de la rémunération des femmes et sortir 30 millions de personnes de l'extrême pauvreté d'ici 2035.
Le rapport indique en outre que l'obtention de tels résultats sera particulièrement importante au regard des conséquences économiques de la pandémie de COVID-19 (coronavirus) qui devrait entraîner jusqu'à 79 milliards de dollars de pertes de production en Afrique en 2020. La pandémie a déjà provoqué des perturbations majeures dans les échanges commerciaux sur le continent, notamment pour des biens essentiels tels que les fournitures médicales et les denrées alimentaires.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Les actionnaires de la Banque africaine de développement approuvent une augmentation de capital historique de 115 milliards d’USD, preuve d’un appui solide.

La base de capital de la Banque a plus que doublé. Elle passe de 93 milliards d’USD à 208 milliards d’USD. La plus importante augmentation du capital de l’histoire de la Banque témoigne d’un front uni des actionnaires. Lors d’une assemblée extraordinaire des actionnaires tenue aujourd’hui à Abidjan, les Gouverneurs de la Banque africaine de développement, représentant des actionnaires de 80 pays, ont approuvé une augmentation de capital historique de 115 milliards d’USD pour la première institution financière du continent.  L’augmentation du capital, la plus importante de l’histoire de la Banque africaine de développement depuis sa création en 1964, est une preuve remarquable de la confiance des actionnaires.

Avec l’approbation de cette augmentation, le capital de la Banque va plus que doubler, passant de 93 milliards d’USD à 208 milliards d’USD ; ce qui renforce le leadership de la Banque en matière de financement du développement sur le continent.

L’augmentation des fonds propres permet à la Banque de conserver une excellente notation AAA, avec perspectives stables, de la part des meilleures agences de notation.

Il y a deux ans, la Banque africaine de développement a lancé des discussions en vue d’une augmentation générale du capital afin d’accélérer la mise en œuvre des stratégies de développement de ses High 5, des objectifs de développement durable et de l’Agenda 2063 de l’Union africaine

S’exprimant lors de la cérémonie d’ouverture, le Président de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara a déclaré : « En intégrant les priorités du continent à travers le programme des « High Five », le Groupe de la Banque Africaine de Développement se révèle être un partenaire stratégique de premier plan pour les gouvernements africains ».

Au cours des quatre dernières années, la Banque africaine de développement a obtenu des résultats tangibles sur le terrain, par l’intermédiaire de ses « High 5 » : elle contribué à raccorder 16 millions de personnes au réseau électrique, fourni à 70 millions de personnes des technologies agricoles en vue de la sécurité alimentaire, à 9 millions de personnes un accès au financement par le biais d’entreprises privées, à 55 millions de personnes des services de transport améliorés et à 31 millions de personnes l’accès à l’eau et à l’assainissement.

Selon le Président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, « Nous avons accompli de grandes choses, mais il reste encore beaucoup à faire. Notre responsabilité est de contribuer très rapidement à améliorer la qualité de vie des populations africaines. Cette augmentation générale du capital représente un engagement très fort de tous nos actionnaires à voir se concrétiser des projets de meilleure qualité qui auront un impact significatif sur la vie des populations en Afrique - dans les villes, dans les communautés rurales et pour des millions de jeunes gens et de femmes.

À la faveur de la nouvelle augmentation générale du capital, la Banque prévoit de faire plus avec les résultats attendus suivants : 105 millions de personnes auront accès à des branchements électriques nouveaux ou améliorés ; 244 millions de personnes bénéficieront d’améliorations dans l’agriculture ; 15 millions de personnes bénéficieront de projets d’investissement ; 252 millions de personnes bénéficieront d’un meilleur accès aux transports ; et 128 millions de personnes bénéficieront d’un meilleur accès à l’eau et à l’assainissement.

Adesina a relevé que « la Banque continuera de jouer son rôle de chef de file dans le développement des infrastructures, le renforcement de l’intégration régionale, l’aide à la réalisation des ambitions de la Zone de libre-échange continentale africaine, l’appui aux États fragiles pour renforcer leur résilience, la gestion durable de la dette, la lutte contre le changement climatique et la stimulation des investissements du secteur privé. Nous ferons beaucoup plus. C’est un moment historique ».

Il a ajouté : « Je félicite les actionnaires pour la confiance qu’ils accordent à la Banque et pour le soutien qu’ils apportent au développement de l’Afrique ».

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Entreprenariat des Jeunes : Entrepreneuriat des jeunes pour booster la croissance

Le gouvernement du Niger Conseil des Ministres a adopté la Stratégie Nationale de Promotion de l’Entreprenariat des Jeunes au Niger (SNPEJ). Elle est composée de trois (3) axes stratégiques majeurs déclinés en actions prioritaires à savoir : le renforcement du dispositif institutionnel et règlementaire en faveur de l’entreprenariat des jeunes ; le renforcement des compétences et capacités des jeunes en entreprenariat et l’amélioration de la disponibilité et de l’accessibilité des financements aux jeunes.
La Stratégique Nationale de Promotion de l’Entreprenariat des jeunes au Niger vise essentiellement les jeunes nigériens (femmes et hommes) âgés de 18 ans au moins et de 35 ans au plus, à titre individuel ou collectif, en milieu rural ou urbain, désireux de créer ou de développer une activité économique sous forme d’entreprise

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Exploitation du Pétrole: Le Niger met les bouchées doubles

Le Président de la République Issoufou Mahamadou a lancé le mardi 17 septembre 2019 à Koulélé, situé à 90 km d’Agadem dans la région de Diffa, les travaux de construction du pipeline international export reliant le Niger au Bénin sur une distance de 1982 km dont 1298 km en territoire nigérien.
Conformément à la feuille de route que le gouvernement s’est fixée en collaboration avec ses partenaires, le gros des travaux démarrera en janvier 2020 et sera achevé en novembre 2021. La mise en exploitation interviendra en janvier 2022.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Soutien fort des chefs d’Etat des pays du G5 Sahel à l’initiative Desert to power

Les chefs d'Etat du G5 Sahel, lors du sommet qui s'est tenu vendredi le 14 septembre 2019 à Ouagadougou, au Burkina Faso, ont apporté un soutien fort à l'initiative Desert to Power (DtP), une initiative de la Banque africaine de développement. Le sommet dont le thème était « Exploiter l’énergie solaire pour le développement socio-économique des pays du G5 Sahel », faisait suite à une réunion technique de haut niveau à laquelle ont participé les ministres de l'Energie de la région, les partenaires au développement dont la Banque mondiale et des institutions régionales comme l'Union économique et monétaire ouest-africaine et la CEDEAO.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

UA-Banque africaine de développement : signature d’un accord de subvention de 4,8 millions de dollars destiné au Secrétariat de la zone de libre-échange

Le Groupe de la Banque africaine de développement et l’Union Africaine (UA) ont signé un accord de subvention de 4,8 millions de dollars pour la mise en place du Secrétariat de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA/AfCFTA).
L’accord de subvention, approuvé par le Conseil d’administration de la Banque le 1er avril 2019, entre dans le cadre des actions menées par l’institution pour accélérer la mise en œuvre de l’Accord de libre-échange, véritable levier de la transformation économique du continent et l’intégration des 55 pays.
Albert Muchanga, commissaire au commerce et à l’industrie de l’Union africaine, a paraphé le document au nom de l’organisation continentale, et Andoh O. Mensah, représentant le directeur du Département du développement de l’industrie et du commerce de la Banque, a signé au nom de la banque, donnant ainsi le coup d’envoi de la mise en œuvre du projet.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Articles similaires

RCCM/NI/A/971 NIF:19086/S

  •  

    +227 90 69 50 56

  •  

    +227 96 29 07 20

  •  

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  •  

    Derrère Grand Marché, Niamey - Niger

Newsletter

Recevez les meilleurs articles dans votre courrier électronique et ne manquez jamais l'actualité importante d'ici et d'ailleurs.