Hebdomadaire Nigérien d'Analyses et d'Informations Générales

Laboratoire d’Innovation des Jeunes de l’Afrique de l’Ouest
Save the Children offre aux jeunes les outils, l’espace et les ressources pour développer des idées
Disparition de Mamadou Tandja, ancien président de la république
La république lui rend hommage
Communiqué de presse
Démarrage des enregistrements pour la diffusion et la publication des messages des candidats des par...
Elections présidentielles 2020-2021
Les signes avant-coureurs

Michel Serres : "Les institutions sont désadaptées par rapport à l'état actuel du monde"

Passionné par l’écologie et l’éducation, l’académicien s’est intéressé à toutes les formes du savoir, anticipant les bouleversements liés aux nouvelles technologies de la communication. Celui était aussi professeur à l'université californienne de Stanford était encore l'invité de France Inter et franceinfo dimanche dernier, partageant ses réflexions sur le monde dans "Questions politiques".

Faute de pouvoir évoquer les élections européennes en ce dimanche de vote, Michel Serres a accepté notre invitation pour évoquer la vie (politique ou non), l'univers... et le reste. Et notamment la violence supposée de notre société actuelle, que ce soit dans le réel ou le virtuel : "localement, il y a de la violence, les attentats, etc.", rappelle le philosophe. "Mais si vous regardez globalement ce qui se passe depuis 10, 20, 100 ans, la violence ne cesse de baisser : que ce soit la violence politique, la guerre, les attentats, les violences individuelles... On est toujours attentif au phénomène factuel, aujourd'hui, l'actu... Mais globalement, ce n'est pas vrai ! C'est presque contre-intuitif, personne ne le croit..."
Des institutions "désadaptées par rapport à l'état du monde"
En revanche, la société est bel et bien en train de changer, selon Michel Serres. "Nous sommes en train de vivre une période exceptionnelle de l'Histoire. On a vécu 70 ans de paix, l'espérance de vie a cru jusqu'à 80 ans, la population paysanne est passée de 75 à 2 %... Par conséquent, toutes les institutions que nous avons créées l'ont été à une époque où le monde n'était pas ce qu'il est devenu." Sont-elles donc obsolètes ? "À peu près toutes le sont. Elles sont désadaptées par rapport à l'état actuel du monde."
Pour lui, le problème vient du fait qu'on n'a pas "réinventé" ces institutions. "Quand on a fait la Révolution de 89, on avait Rousseau derrière. Aujourd'hui, on n'a personne, et c'est la faute à qui ? Aux philosophes. C'est leur rôle de prévoir ou d'inventer une nouvelle forme de gouvernement ou d'institutions, et ils ne l'ont pas fait."
Écologie et économie, réel et virtuel
Plus globalement, le système actuel lui semble désastreux. "L'économie telle que le capitalisme l'a mise en place est catastrophique, au moins du point de vue écologique", explique Michel Serres. "L'économie est en train de détruire la planète. Quid du numérique et d'Internet, désormais au cœur de nos vies, au risque de les virtualiser de plus en plus ? Rien de vraiment nouveau, pour l'Académicien. "Quand j'étais petit, ma grand-mère levait déjà les bras au ciel en disant : ce Michel, il ne verra jamais le réel, il est tout le temps dans les bouquins ! C'est vieux..."
Michel Serres rappelle d'ailleurs l'étymologie "délicieuse" du mot "maintenant" : "ça veut dire 'tenant en main'. Quand vous avez le portable à la main, vous avez à la fois toutes les informations possibles, tous les gens accessibles, par conséquent vous tenez en main presque le monde... Je ne connais pas d'empereur dans l'Histoire qui puisse dire la même chose. « Quant aux dérives, comme les agressions sur les réseaux sociaux par exemple, Michel Serres rappelle : "Et l'agression dans les livres ? On a quand même lu Mein Kampf, et il y avait pas mal de livres de ce genre ! Tout canal de communication est possiblement chargé de crime..." Avis aux partisans du "c'était mieux avant"...
Source : France Inter

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Articles similaires

RCCM/NI/A/971 NIF:19086/S

  •  

    +227 90 69 50 56

  •  

    +227 96 29 07 20

  •  

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  •  

    Derrère Grand Marché, Niamey - Niger

Newsletter

Recevez les meilleurs articles dans votre courrier électronique et ne manquez jamais l'actualité importante d'ici et d'ailleurs.