Hebdomadaire Nigérien d'Analyses et d'Informations Générales

Laboratoire d’Innovation des Jeunes de l’Afrique de l’Ouest
Save the Children offre aux jeunes les outils, l’espace et les ressources pour développer des idées
Disparition de Mamadou Tandja, ancien président de la république
La république lui rend hommage
Communiqué de presse
Démarrage des enregistrements pour la diffusion et la publication des messages des candidats des par...
Elections présidentielles 2020-2021
Les signes avant-coureurs

Cérémonie  de  signature de la Convention d’établissement de Radio Jeunesse Sahel entre le CSC et l’OIF.

Le président du Conseil Supérieur de la Communication Dr SANI kabir a présidé ce mercredi 23 septembre 2021 à son cabinet, une cérémonie de  signature de la Convention d’établissement de Radio Jeunesse Sahel entre le CSC et l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Cette cérémonie  s’est déroulée en présence du ministre de la Communication chargé des Relations avec les Institutions M. Mahamadou ZADA et la délégation de l’OIF conduite par Son Excellence l’Ambassadeur Désiré NYARUHIRIRA, Conseiller spécial de la Secrétaire Générale de ladite organisation  et Monsieur André Abel BARRY, Directeur  du Projet Radio Jeunesse Sahel (RJS).

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Education : Le premier internat des jeunes filles opérationnel

Sur les cent (100) internats qui seront créés sur toute l’étendue du territoire pour ses cinq (5) ans à la tête du Niger, le Président de la République Mohamed Bazoum vient d’inaugurer le premier. C’est la commune rurale de Kellé dans le département de Gouré (Région de Zinder), qui a vu naitre le premier échantillon d’un prototype d’école internat nouvelle version.
Lundi 30 Août 2021, le chef de l’Etat a fait le déplacement en personne pour inaugurer l’internat des jeunes filles de Kellé. L’infrastructure va accueillir 144 jeunes filles qui sont admises en classe de 6ème à la rentrée scolaire 2021-2022.
A travers ce projet, le Président de la République Mohamed Bazoum envisage de renforcer davantage la scolarisation de la jeune fille et surtout son maintien à l’école en milieu rural.
Alors candidat aux élections présidentielles, le président Mohamed Bazoum s’est engagé sur le maintien des jeunes filles à l’école : « Notre action focalisera ses interventions sur les localités à forte réticence à l’éducation et la formation des filles et des femmes. A cet effet, les villages dont les établissements scolaires et les centres de formation présentent un faible effectif de filles et de femmes feront l’objet d’une attention particulière. En général il s’agira de promouvoir l’accès et le maintien scolaire des filles en milieu rural, de lutter contre les Violences Basées sur le Genre (VGB) en milieu scolaire, de favoriser l’inclusion des filles et des femmes handicapées, de renforcer la participation des Filles dans les filières scientifiques, techniques et professionnelles, et d’améliorer l’employabilité des filles » a –t-il indiqué.
En dehors de leur autonomisation, le maintien des filles à l’école, c’est aussi agir pour créer les conditions d’une transition démographique dans un pays qui a le taux le plus élevé de fécondité au monde avec une moyenne de 7,1 enfants, selon l’étude nationale indicateurs multiples (EDSN-MICS 2012).
Après le discours, le concret
Quatre (4) mois seulement ont suffi au président de la République pour joindre l’acte à la parole par rapport à son projet phare de construction des internats pour filles dans les zones les plus reculées du pays.
A travers l’opérationnalisation de ce premier internat, le président de la République Mohamed Bazoum a fait preuve de pragmatisme entend-on çà et là dans les quatre coins du pays.
A chacune des occasions qui s’offrent à lui, le Président de la République Mohamed Bazoum annonçait la création des internats pour filles conformément à son projet de société qu’il a présenté aux citoyens nigériens lors des campagnes pour les élections présidentielles 1er et 2ème tour de l’année 2020-2021.
Désormais plus aucun doute sur les annonces du président de la République. Les promesses sont en train de se concrétiser à la satisfaction générale de tous ceux qui suivent et notent les annonces du Président de la République en matière des réalisations dans le programme de Renaissance acte III.
L’école qui constitue l’une des priorités du Président de la République est entrain de porter l’emprunte et surtout la touche du Président de la République.
Les examens de fin d’année entachés depuis plusieurs années par des fraudes et fuites des sujets tant au niveau du BEPC que du BACCALAURET ont été cette fois-ci propres reflétant le niveau réel des élèves avec un taux d’admission national de20, 50% au BEPC en attendant les résultats globaux définitifs pour le Baccalauréat.
Les surveillants et correcteurs de ces examens de fin d’année qui accusaient des impayés ont tous été mis dans les conditions afin de mener à bien leur mission d’évaluateurs.
La préparation d’un atelier national pour la révision de la Loi d’Orientation du Système Scolaire Nigérien (LOSEN) et la prise d’un arrêté précisant l’entrée dans les Ecoles Normales d’Instituteurs (ENI) avec le diplôme du baccalauréat sont autant de preuves de la détermination du Président de la République à redorer le blason de l’école nigérien.
L’autre grand chantier qui reste à amorcer par le Président de la République, c’est la fin de la contractualisation accompagné de la construction des salles de classes en matériaux définitifs.
A ce niveau également, le Président de la République ne va pas baisser le bras car le programme de la Renaissance acte III prend en compte tous les aspects qui vont aboutir à la Renaissance de l’école nigérienne.
La mise en place d’un comité chargé de réfléchir sur l’harmonisation ou l’équité sur les frais de scolarité est aussi là pour témoigner de la détermination du chef de l’Etat de créer les conditions nécessaires de faire renaitre l’école nigérienne.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Livre Contre les Maux de la Cité, 2021 : Les jeunes écrivains en herbe du Niger en atelier   

Livre Contre les Maux de la Cité 3

Après la phase de sélection, les candidats retenus au Niger, dans le cadre du programme le "Livre Contre les Maux de la Cité, édition 2021, ont acquis de nouvelles techniques pour mieux affiner leurs textes pour la suite dudit programme. C’est à la faveur d’un atelier déroulé du 26 au 28 août à la maison de la presse de Niamey sur le thème : Lutte contre les violences faites aux filles et aux femmes, regards des jeunes écrivains ouest africains.

A en croire Sègnigbindé Camille, président de l’Association Ecrivains Humanistes du Bénin, structure initiatrice du programme, cette activité règlementaire de l’initiative s’est déjà déroulée dans les autres pays cibles du projet. « La phase des ateliers au Niger, après le Bénin et le Togo, vise à aider les participants – candidats à s’approprier la thématique et le genre littéraire objet du concours, tout en apprenant de nouvelles techniques pour améliorer leurs premiers textes soumis », informe -t-il.

Et pour l’acquisition desdites nouvelles connaissances, les candidats ont suivi plusieurs communications sur la chaine du livre et sur la thématique au cœur de l’édition 2021 de l’initiative. « L’atelier a été pour moi une occasion de partager mes expériences avec de jeunes aspirants écrivains nigériens et ça m’a permis de constater qu’au Niger, nous avons potentiellement de talents qui ne demandent qu’à éclore, qu’à exposer ce qu’ils connaissent du domaine de l’écriture de la fiction et ne demandent que leurs ainés leur montrent la voix par lesquelles leurs talents peuvent s’affirmer », constate l’encadreur principal des candidats, le Secrétaire Général de l’Association des Ecrivains Nigériens, Oumarou kadry koda. Quant aux candidats, ils se disent satisfaits de l’activité tout en exhortant à prollnger la durée du déroulement pour les fois suivantes.

Livre Contre les Maux de la Cité 6

Le Livre Contre les Maux de la Cité, à sa 6e édition cette année, cible les jeunes écrivains en herbe de 18-35 ans au plus au Bénin, au Niger, au Togo et en Côte d’Ivoire. Pour sa mise en œuvre cette année, il a bénéficié des appuis de plusieurs partenaires dont le Bureau de la Coopération Suisse au Bénin, Le Littéraire Togo, les Editions Encres Universelles, Les Editions Savanes du Continent… 

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

SAVE THE DATE : DemoDay CoLAB Santé de la Mère et de l’Enfant

Save The Date Niamey

A l’occasion de la clôture de la phase Accompagnement, l'équipe CoLAB a le plaisir de vous convier au DemoDay CoLAB le 8 septembre à 16h00

Le lieu vous sera communiqué ultérieurement.

_______________________________________________________________

Découvrir des projets multi-acteurs et innovants pour la santé de la mère et de l’enfant au Niger/Mali 

 

Après six mois d’accompagnement, les équipes CoLAB ont le plaisir de présenter les 5 projets lauréats au Niger ayant bénéficié d’un soutien financier et technique pour développer des solutions répondant aux défis du secteur de la santé  materno-infantile.

Le DemoDay c'est l'opportunité de (re)découvrir le programme et la méthodologie CoLAB pour favoriser les collaborations pour le développement et rencontrer des porteurs de projets innovants afin d’identifier de potentielles synergies à développer. C'est également l'occasion de se (re)connecter à l’écosystème en rencontrant les parties prenantes du secteur.

Enfin, lors de cet événement seront annoncés les 3 projets qui bénéficieront d’un accompagnement technique et financier supplémentaire lors d’une phase d’accélération de 4 mois permettant de booster leur solution !

 

Au programme : 

  • (Re)Découverte du programme CoLAB Santé de la Mère et de l’Enfant au Mali et au Niger ;
  • Session Pitch des 5 projets lauréats ;
  • Annonce des projets sélectionnés pour la phase Accélération et qui bénéficieront d’un accompagnement et d’un financement pour booster leur solution et passer à l’échelle. 
  • Cocktail de clôture. 

_______________________________________________________________

Pour participer … 

  • Vous pouvez confirmer votre participation dès maintenant en cliquant sur ce lien ;
  • Vous n’êtes pas certain d’assister au DemoDay ? N’hésitez pas à partager cette invitation à vos collaborateurs !

Compte tenu de la situation sanitaire, le port de masque est obligatoire et les gestes barrières renforcés.

_______________________________________________________________

Le CoLAB Santé de la Mère et de l’Enfant : 

Lancé en 2020 par l’Institut de Recherche pour le Développement, Bond’innov et makesense Africa, avec le soutien du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE), le programme CoLAB Santé de la Mère et de l’Enfant a pour ambition d’accompagner le développement d’écosystèmes de collaboration pour la résolution des grands défis du secteur. 

La méthodologie CoLAB permet ainsi de décloisonner les secteurs de la recherche, du public et du privé afin de favoriser des collaborations multisectorielles au service des Objectifs de développement durable (ODD). 

Pour en savoir plus sur le programme CoLAB cliquez ici, et pour découvrir les projets accompagnés cliquez ici.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

COMUNIQUÉ DE PRESSE : COMINAK AMORCE LES TRAVAUX DE REAMENAGEMENT DE SON SITE

Faisant suite à la décision du Conseil d’Administration de la COMINAK du 23 octobre 2019 relative à l’arrêt de ses activités de production, COMINAK annonce l’arrêt de l’exploitation de la mine d’Akouta ce 31 mars 2021. Cette date marque également le début des travaux de réaménagement du site. Une grande cérémonie a réuni le samedi 27 mars à Akouta les salariés statutaires et sous-traitants, les anciens travailleurs, les autorités administratives et coutumières, le représentant du Ministre des Mines, le directeur général du groupe Orano, le directeur général de SOPAMIN, les employeurs de la sous-traitance, les directeurs généraux de SOMAÏR, IMOURAREN SA, pour rendre hommage aux hommes et aux femmes de la société pour le travail accompli avec professionnalisme pendant près de 50 ans permettant ainsi l’exploitation continue de la mine souterraine jusqu’à cette échéance .

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Campagne électorale pour les locales : 10 jours pour convaincre !

Conformément aux dispositions du code électoral, la campagne pour les élections municipale et régionale est lancée depuis ce mercredi 2 décembre 2020. Très tôt ce matin, les citoyens se sont réveillés avec des affiches et autres banderoles teintées aux couleurs des différentes formations politiques. Dans la capitale et dans les autres chefs-lieux de régions, les grandes artères et les sièges des partis politiques s’offrent un décor inhabituel. Dix jours durant, les candidats à ces élections vont sillonner les villes et villages du pays pour rencontrer leurs militants.  L’un des enjeux de cette campagne électorale de l’année 2020, est le défi sécuritaire. Depuis cinq ans, plusieurs localités de la région de Diffa sont sous état d’urgence. Cette situation concerne également les régions de Tillabéri et de Tahoua.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Elections présidentielles 2020-2021 : Les signes avant-coureurs

Dans trois semaines, les Nigériens seront appelés aux urnes pour choisir un successeur au Président Issoufou Mahamadou. Ils sont 30 candidats en lice parmi lesquels des habitués de la course au fauteuil présidentiel.
Dans cette course à la magistrature suprême, le candidat du PNDS-Tarraya M. Bazoum Mohamed se retire déjà du lot. A l’allure où vont les choses, tout laisse à croire, qu’il a déjà pris une avance par rapport à d’autres candidats.
Dans le rang des partis politiques, Bazoum Mohamed a bénéficié du soutien de 45 partis politiques qui l’ont fait savoir dans une déclaration, le samedi 13 Novembre 2020.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Les Médias et la COVID-19 Face au Fakes News en Afrique de l’Ouest

Depuis début mars 2020, l’Afrique de l’Ouest a enregistré son premier cas de COVID-19. Alors que la pandémie sévit depuis plusieurs mois dans le monde, avec son cortège de morts, le continent africain peut se frotter les mains car n’ayant pas subit autant de perte en vies humaines. Cependant, la pandémie a aussitôt mis les médias au cœur de la stratégie de lutte des pouvoirs publics au regard de leur maillon essentiel dans la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation de l’efficacité de ladite stratégie. De ce statut d’interface et de facilitateur de la perception et de la compréhension de la stratégie des pouvoirs publics dans la lutte contre la pandémie, les citoyens perçoivent les médias comme vecteurs de relais d’informations bien sourcées et vérifiées sur la COVID-19.
Cependant, cette conception idyllique des médias s’est vite altérée sous l’humus des mœurs en raison de la prolifération des fausses informations sur la COVID-19. Alors qu’en Guinée le contexte très polarisé politiquement et socialement a favorisé l’éruption de fausses informations ou Fakes News sur la COVID-19, la religion a joué un rôle dans la prolifération des fausses informations au Niger et au Burkina Faso le gouvernement en a été un vecteur La conséquence directe de la prolifération de ces fausses informations a été de nature à fragiliser la stratégie nationale de riposte en cours et à questionner le professionnalisme des médias face à la recrudescence de ce phénomène nouveau dans le paysage médiatique de la sous-région.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Articles similaires

RCCM/NI/A/971 NIF:19086/S

  •  

    +227 90 69 50 56

  •  

    +227 96 29 07 20

  •  

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  •  

    Derrère Grand Marché, Niamey - Niger

Newsletter

Recevez les meilleurs articles dans votre courrier électronique et ne manquez jamais l'actualité importante d'ici et d'ailleurs.