Hebdomadaire Nigérien d'Analyses et d'Informations Générales

Audit ministère de la Défense : La chronologie d’une trouvaille

L’audit diligenté par le président de la république Issoufou Mahamadou au ministère de la défense nationale continue de susciter des réactions de part et d’autre. Depuis le communiqué du gouvernement en date du 26 février 2020, relatif aux suites à donner aux conclusions provisoires d’un audit du ministère de la Défense nationale et les dispositions urgentes prises, les réactions s’enchainent. Certaines plus opportunistes et spectaculaires du fait de sa teneur.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Crise Libyenne : Les pays voisins se réunissent à Alger

Une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays voisins de la Libye à savoir l'Algérie, la Tunisie, l'Egypte, le Soudan, le Tchad et le Niger. Le ministre malien des Affaires étrangères prendra également part à cette réunion, "au vu des conséquences de la crise libyenne sur ce pays voisin", indique mercredi un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Lutte contre le terrorisme au Sahel: un commandement conjoint pour une force internationale

. A l’issue de la rencontre de Pau, les chefs d’Etat ont marqué leur ferme volonté de combattre ensemble tous les groupes armés terroristes actifs dans la zone, en concentrant immédiatement leurs efforts militaires dans la région des trois frontières sous le commandement conjoint de la Force Barkhane et de la Force conjointe du G5 Sahel, en ciblant en priorité l’EIGS.
Parallèlement à cet effort, le commandement conjoint de cette coalition accueillera progressivement l’ensemble des pays volontaires et partenaires, dont les contributions militaires rejoindront l’opération Barkhane, comme le futur groupement de forces spéciales européennes, baptisé « Task Force Takuba », qui s’inscrira dans le cadre de ce premier pilier. Le concept d’opération de la Force conjointe sera révisé afin qu’elle puisse agir avec une marge de manœuvre renforcée au-delà de la zone des 50 km de part et d’autre des frontières.
Cette coalition militaire pourra développer les capacités opérationnelles des forces sahéliennes sur l’ensemble de l’espace G5 Sahel afin de réduire la menace des groupes terroristes et d’assurer un meilleur contrôle des frontières.
2. En matière de renforcement des capacités militaires des Etats de la région :
les Chefs d’Etat ont salué le lancement, par la France et l’Allemagne, de l’initiative du partenariat pour la stabilité et la sécurité au Sahel (P3S) et ont souhaité une accélération et une amplification des efforts de formation, d’aguerrissement, de soutien logistique, d’entrainement et d’équipements des armées des pays du G5 Sahel. Ce pilier s’appuiera notamment sur les efforts déjà engagés par les Nations Unies et par les missions de formation de l’Union Européenne. Il pourra inclure un accompagnement au déploiement des armées des pays du G5 Sahel avec le soutien de l’Union Africaine et de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).
3. En matière d’appui au retour de l’Etat et des administrations sur le territoire :
Les Chefs d’Etat du G5 Sahel se sont engagés à prendre toutes les mesures visant à accélérer un retour de l’administration et des services publics sur l’ensemble des territoires concernés par la question, en particulier les chaînes pénale et judicaire, essentielles pour le retour de l’Etat de droit. Cet effort s’appliquera prioritairement à Kidal.
Dans un esprit de responsabilité partagée, ces engagements seront appuyés dans le cadre du P3S qui ciblera tout particulièrement son intervention sur la formation et le déploiement jusqu’au niveau local de personnels en matière d’administration civile, de sécurité intérieure (police, gendarmerie, douanes) et de justice.

4. En matière d’aide au développement :
les Chefs d’Etat ont salué les premiers résultats de l’Alliance pour le Sahel, lancée sous l’impulsion de l’Allemagne et de la France en juillet 2017, et ont appelé les pays et organisations, membres de l’Alliance à poursuivre dans la voie d’une démarche encore davantage coordonnée avec l’action sécuritaire, à un recours plus systématique à une programmation conjointe et à des mécanismes de délégation réciproque tenant compte des priorités des pays membres du G5 Sahel.
Dans le même esprit, les Chefs d’Etat en appellent aux partenaires internationaux à concrétiser les engagements pris en décembre 2018 à la Conférence des donateurs de Nouakchott pour la mise en œuvre du Programme d’Investissement Prioritaire (PIP) du G5 Sahel.
Par ailleurs, les Chefs d’Etats appellent les partenaires des États du G5 Sahel à accroitre leur assistance et leur soutien afin de permettre de faire face aux nouveaux défis humanitaires que sont les déplacés internes, les réfugiés, la fermeture des écoles et des centres de santé.
Un sommet associant les Etats du G5 Sahel et la France se tiendra en juin 2020 à Nouakchott dans le cadre de la présidence mauritanienne du G5 Sahel. D’ici cette échéance, le suivi de ces engagements sera effectué au niveau des Ministres des Affaires Etrangères et des Ministres des Armées et de la Défense.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Elections générales 2020-2021 : A chacun sa partition !

En l’espace de deux semaines et pour la deuxième fois, le président de la république réaffirme sa volonté de quitter le pouvoir à la fin de son second et dernier mandat constitutionnel. C’est un secret de polichinelle, le président Issouofu Mahamadou partira. Et comme il le souhaite, en laissant derrière lui un pays stable avec des institutions démocratiques fiables.
A la veille du nouvel an, le Président de la République Issoufou Mahamadou s’est adressé à la nation comme d’ailleurs le 17 décembre dernier à la veille de la proclamation de la république du Niger. C’est de façon ferme que le président Issoufou Mahamadou a réaffirmé son désir ardent de passer le témoin à un président démocratiquement élu.
L’année 2020 sera une année électorale a rappelé le chef de l’Etat. Sur la base du calendrier électoral défini par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), les élections locales se tiendront le 1er Novembre 2020, suivies du 1er tour de l’élection présidentielle couplé aux législatives le 27 Décembre 2020 et ensuite du 2ème tour de la présidentielle le 20 Février 2021.
Tout en saluant les dispositions prises par la CENI pour élaborer un fichier électoral biométrique dans les délais convenus, afin de tenir les différents scrutins à date, le président de la république se dit déterminer pour que le processus se passe dans la transparence.
C’est d’ailleurs dans ce cadre que le Gouvernement est instruit afin de mettre les moyens nécessaires à la Commission Electorale Nationale Indépendante pour accomplir sa mission avec l’efficacité et la transparence attendues par tous.
La messe est dite, la détermination du président la république est sans ambages à garantir des élections libres. La balle est dans le camp des citoyens nigériens à pouvoir jouer leur partition. « Je vous demande de faire de ces élections les vôtres, donc inscrivez-vous massivement sur les listes électorales ».
S’agissant de la classe politique, le président de la république Issoufou Mahamadou leur lance un nième appel. « Je renouvelle mon appel à la classe politique en vue d’un dialogue sincère qui créera les conditions d’organisation d’élections à la satisfaction de tous ».
C’est à la classe politique et aux citoyens chacun en ce qui le concerne de participer à la consolidation de la démocratie à travers la première alternance au Niger. « Nous conforterons ainsi nos institutions démocratiques conformément à l’engagement que j’ai pris dans le programme de renaissance. Comme en matière d’intégration, mon vœu le plus cher est que le Niger continue à être cité comme un modèle de démocratie affirmée sur le continent » a dit le président de la république.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Visite du Président français à Niamey : Macron rend hommage aux 71 soldats tombés sur le champ d’honneur à Inatès

Le Président de la République française, a effectué dimanche soir, 22 décembre 2019, une visite de quelques heures à Niamey au cours de laquelle il s’est entretenu en tête-à-tête avec le Président Issoufou Mahamadou.
A l’issue de cet entretien qui s’est déroulé au salon d’honneur de l’Aéroport International Diori Hamani, le Président Macron s’est rendu à la base Aérienne 101 de Niamey où il s’est incliné en compagnie du Président Issoufou Mahamadou, devant les tombes des 71 soldats nigériens tués durant l’attaque du 10 décembre dernier à Inatés, région de Tillabéry, près de la frontière malienne.
« J’ai tenu aujourd’hui à venir m’incliner devant les dépouilles de vos soldats tombés le 10 décembre dernier à Inatès, témoigner le respect que nous leur devons, notre solidarité pour leurs familles comme pour vos armées et pour toute la Nation », a dit le Président français lors d’une conférence de presse conjointe animée avec  Issoufou Mahamadou.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Réunion extraordinaire sur le Sahel à Pau : Un tournant de la présence militaire française !

«Reclarifier le cadre et les conditions politiques de notre intervention au Sahel» selon Emmanuel Macron dans son intervention au 27e sommet de l'OTAN. Et pour cela les cinq chefs d’Etat du Sahel (Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad, Mauritanie) sont invités en France pour se prononcer sur la présence militaire française dans cette région où le sentiment antifrançais est de plus en plus croissant.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Politique : A quand le bout du tunnel ?

Rentré au Niger le jeudi dernier sans tambour ni trompette, le chef de l’opposition est reconduit à la prison civile de Filingué situé à environ 200 km de la capitale, Niamey. Il faut rappeler que Hama Amadou a quitté la même prison pour raison médicales. Depuis lors il est attendu pour purger sa peine d’un an de prison ferme. Il a été condamné par contumace « pour recel d’enfants » dans l’affaire dite « des bébés importés » du Nigeria, une affaire qui remonte en 2014. Il faut préciser que Hama Amadou reste le seul condamné qui n’a jusque-là pas purgé sa peine suite à un marathon judiciaire qui a duré plusieurs années.
L’enchainement des évènements peuvent justifier le retour au pays de Hama Amadou, resté à l’extérieur trois (3) ans après son départ du Niger. Dans la foulée, les congrès de deux ailes de son parti rejetés pour vice de forme par le ministère de l’intérieur ; la cour de justice de la CEDEAO a rejeté son appel dans la même affaire citée plus haut, lui opposant le principe de l’autorité de la chose jugée, le mercredi 30 octobre 2019. Ensuite le climat politique a pris une température adoucissante favorable au retour sur la table de négociation de l’opposition.
Un dialogue inclusif on ne peut plus opportun pour l’opposition qui peine à se donner une cohésion et une orientation. Les points d’achoppement mis sur la table des prochains échanges donnent l’espoir à Hama Amadou. Lors de la dernière rencontre des partis politiques autour du Premier ministre le code électoral, la composition de la commission nationale électorale indépendante(CENI) feront l’objet des discussions.
L’espoir de voir sa situation politique assouplis réside probablement dans le dialogue politique amorcé. Les observateurs de la scène politique n’en tarissent pas d’idée et des propositions dans le cadre d’un dialogue inclusif visiblement à la mode dans la sous-région ouest africaine. Certains observateurs évoquent l’exemple du Sénégal où le président Maky Sall avait décidé de gracier les dirigeants politiques ; Khalifa Sall et Karim Wade. Et aussi, l’exemple du Bénin où le président Talon a accepté de se soumettre aux conclusions du dialogue politique avec comme conséquence l’Amnesty aux opposants politiques qui ont maille à partir avec la justice. L’opposition et principalement le parti Lumana mettrait tout son espoir de voir une sorte de contagion positive qui pourrait réhabiliter son ancien président Hama Amadou dans l’arène politique. Pour l’heure, beaucoup compte sur la grâce présidentielle pour écourter le séjour de Hama Amadou en prison. Ce qui constitue une première étape d’un apaisement politique. Toutefois, le débat sur la réhabilitation politique de Hama Amadou passe par la capacité des acteurs à se faire les maximums de compromis dans le cadre des assises du dialogue politique à venir. Cette réhabilitation, il faut le dire passe par la révision du code électoral.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Articles similaires

RCCM/NI/A/971 NIF:19086/S

  •  

    +227 90 69 50 56

  •  

    +227 96 29 07 20

  •  

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  •  

    Derrère Grand Marché, Niamey - Niger

Newsletter

Recevez les meilleurs articles dans votre courrier électronique et ne manquez jamais l'actualité importante d'ici et d'ailleurs.