Hebdomadaire Nigérien d'Analyses et d'Informations Générales

Table ronde du projet SWEDD à Niamey : les partenaires se mobilisent en faveur de l’autonomisation de la femme et du dividende démographique en Afrique

En marge du Sommet de l’Union Africaine qu’abrite la capitale nigérienne, la Banque Mondiale (BM) et le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNPFA) ont organisé ce Samedi, 6 juillet 2019 à l’hôtel Bravia de Niamey une table ronde sur la mobilisation de ressources pour l’autonomisation des femmes et des filles du Sahel. Placée sous le thème : « Investir dans l’autonomisation des femmes et le capital humain en tant que stratégie de développement pour la croissance », cette rencontre vise davantage à mobiliser les partenaires en faveur du projet sous régional d’autonomisation des femmes et Dividende démographique au Sahel (SWEDD).


La cérémonie d’ouverture a été placée sous la présidence du Président de la République Issoufou Mahamadou en présence de la Directrice Exécutive du Fonds des Nations Unies pour la Population Dr Natalia KANEM, de la Représentante Résidente de la Banque Mondiale au Niger Ms Joelle DEHASSE, du Directeur Exécutif de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé Dr Stanley OKOLO, de la représentante du Comité régional de pilotage du SWEDD Pr Mariatou KONE, du président de la Chambre Consulaire de la BRWN Abdoulaye Kouafilann Sorry, de la ministre de la population du Niger Dr Amadou Maiga Issa Aissata et des premières Dames du Niger, du Mali et de la Mauritanie.
En Afrique, plus de 60 % de la population du contient à moins de 25 ans. Chaque année, alors que plus de 12 millions jeunes sont à la recherche de travail, seulement trois (3) milles emplois sont créés particulièrement par le secteur privé. En effet, créé en 2013 à l’issue d’un vibrant appel du Président de la République du Niger en faveur de la capture du dividende démographique en Afrique, le projet SWEDD lancé officiellement en novembre 2016 à Niamey est financé par la Banque Mondiale. Il est mis en œuvre par six pays à savoir : Le Niger, le Burkina Faso, le Mali, le Tchad, la Côte d’Ivoire et la Mauritanie.
Ainsi, comme l’a annoncé le Président Issoufou Mahamadou du Niger : « La structure démographique de nos pays, a vec une forte proportion de jeunes, ne doit plus être perçue comme un handicap mais une chance si nous savons l’exploiter. L’ambition du SWEED est de transformer cet actif démographique en dividende économique. Pour ce faire, il faut accélérer la transition démographique, réduire les inégalités de genre, soigner, éduquer et former notre jeunesse tout en lui offrant des emplois ».
Dans ces pays concernés par le projet SWEDD, l’accent a été mis sur une communication pour le changement social et le comportement notamment sur la scolarisation et l’autonomisation des femmes et des filles, sur le renforcement de la santé de la reproduction ainsi que l’amélioration des capacités des leaders locaux à tous les niveaux. Pour ce faire, il a été mis en place des programmes de formation, de requalification et d’insertion des jeunes en vue de la capture du dividende démographique est comparable à une chaîne de solidarité. Outre cela, il y’a eu l’engagement des leaders religieux, des chefs traditionnels, de la société civile, des médias, et surtout l’engagement de la jeunesse.
Tous les intervenants à cette table ronde ont relevé la nécessité de maintenir la jeune fille à l’école, d’accroitre les services de la planification familiale, de contribuer à l’autonomisation de la femme et de la jeune fille entre autres.
Le succès de la mise en œuvre de la première phase a permis à ces pays de demander l’extension du projet en mobilisant les potentiels donateurs. Déjà, trois pays de la sous région tels que le Sénégal, le Cameroun et la Guinée souhaitent intégrer le SWEDD. La représentante du principal bailleur du Fonds, qu’est la Banque Mondiale a réaffirmé le ferme soutien et engagement de son institution de mettre à l’échelle le financement de ce projet.
Le moment de la tenue de cette table ronde est opportun car à la veille du lancement, le 7 juillet 2019 de la zone de libre-échange continentale africaine. Le projet SWEDD comme l’a affirmé le Président Issoufou Mahamadou: « constitue un tout cohérent avec les autres plans et programmes de l’agenda 2063 de l’union africaine notamment le plan de développement des infrastructures en Afrique, le plan de développement industriel de l’Afrique, le plan de développement agricole de l’Afrique. L’agenda 2063 est en réalité une mise à l’échelle du continent des plans que nos gouvernements exécutent au niveau national. Dans la même démarche, le partenariat entre les 7 pays concernés par le projet SWEDD, mérite d’être porté à l’échelle du continent. Cela contribuera à la réalisation de la vision de l’Afrique que nous voulons : « une Afrique intégrée, prospère et pacifique, dirigée et gérée par ses propres citoyens et représentant une force dynamique sur la scène internationale. »
A la fin, les organisateurs ont obtenu l’engagement des nouveaux partenaires comme le secteur privé a appuyé la deuxième phase du projet SWEDD.
Souleymane BRAH

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Articles similaires

RCCM/NI/A/971 NIF:19086/S

  •  

    +227 90 69 50 56

  •  

    +227 96 29 07 20

  •  

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  •  

    Derrère Grand Marché, Niamey - Niger

Newsletter

Recevez les meilleurs articles dans votre courrier électronique et ne manquez jamais l'actualité importante d'ici et d'ailleurs.